Encourager l'expression...

Publié le par L'Afrique Dessinée

Encourager l’expression singulière de ces membres et soutenir leur professionnalisation

 

 

Les parcours des membres sont très hétéroclites : certains se sont attachés à la production de fanzines, d’autres ont développé leur carrière dans la voie de la presse en tant que caricaturistes dans des journaux engagés. Il faut préciser que l’Afrique produit peu de bandes dessinées : il manque là-bas de nombreuses infrastructures (maison d’édition, structures de diffusion, distribution, lieux de vente…).

 

Aujourd’hui, l’objectif pour l’ensemble des auteurs est de travailler sur des réalisations personnelles, et de s’affirmer dans le milieu professionnel de la Bande dessinée. L’association encourage alors la créativité, les spécificités artistiques de chacun de ses membres. Les échanges et le regroupement des énergies de travail encouragent les expressions décalées et les pratiques singulières pour aller vers toujours plus de qualité.

 

L’association peut permettre de mutualiser des informations administratives, juridiques, économiques, sur le fonctionnement du secteur de la Bande Dessinée. Les membres pourront en effet échanger sur les modes de contractualisation, les modalités de paiement, les statuts possibles… ce qui permettra d’éviter certains « écueils » du secteur de l’édition ou de la coopération internationale [nous avons souvent eu des expériences… difficiles].

 

Le partage des expériences professionnelles des membres est essentiel. Les artistes regroupés dans l’Afrique Dessinée sont aujourd’hui situés à des niveaux de pratique, de reconnaissance différents. Certains ont des contrats dans des maisons d’édition importantes, d’autres n’ont pas encore eu l’opportunité de se confronter à la création d’un album personnel.

 

L’ambition « plateforme » de l’association peut nous aider à faciliter les contacts avec le milieu professionnel et à établir des contacts avec des éditeurs européens ou africains. Elle peut aussi nous permettre d’étoffer l’information de la presse spécialisée BD et les médias africains, en rendant compte de nos expériences et de celles qui concernent les associations « sœurs » d’Afrique avec lesquelles nous sommes en contact. Les projets de l’association ou ceux de ses membres pourront trouver une visibilité accrue par l’intermédiaire de l’association (rencontres professionnelles, festivals, articles, événements).

 

Le collectif nous permet de nous tenir informés des dynamiques en place (réseaux, festivals, associations…), de collecter ces informations et de les organiser via notre site internet.

Publié dans En quelques mots...

Commenter cet article